Monsieur J. a choisi de construire une maison labellisée PassivHaus (besoins en chauffage inférieurs à 15 kWh/m²/an), réalisant principalement son isolation en paille. La maison est composée de deux appartements (100m² + 50m²), elle sera ainsi modulable selon l’évolution de la famille. La petite partie peut permettre d’héberger des amis, de faire un bureau, de la location etc…


Ses motivations :
« Pourquoi la paille ? Je n’ai pas trouvé mieux, coté isolation, écologie, intensité sociale (travail collaboratif). En plus ça ne coute pas cher.
Notre motivation est de construire une maison passive, écologique en s’appuyant des ressources locales et saines. Nous avons pour philosophie que c’est possible de faire mieux, moins cher et autrement.
Notre maison est confortable en été comme en hiver, économique à la construction et à l'utilisation, construite avec des matériaux sains, une faible énergie grise (énergie nécessaire à la construction), une empreinte environnementale faible. Nous voulions aussi un projet qui permette aux enfants aux amis de participer.
Construire un bâtiment consommant plus de main d’œuvre et moins de matière, c’est l’idée de la Low Technology, qui entraîne une intensité sociale ; on augmente le nombre d’heures passées au travail dans un monde où il y a de plus en plus de personnes au chômage.
»

Son projet :
Les murs
Objet : Isolation en paille dans une ossature bois
Difficulté : * * * *
Résultat : * * * *
+ : paille matériau économique, très bonne isolation thermique
- : mur épais, complexité de mise en œuvre





1/ Ossature bois préfabriquée avec OSB 12mm côté intérieur
2/ Remplissage chènevotte de chanvre entre les deux lisses
3/ Saupoudrage chaux sur les plaques d’OSB (prévention contre les rongeurs)
4/ Remplissage bottes de paille 320mm
5/ Panneaux d’étanchéité fibre de bois 20mm
6/ Film pare-pluie noir Solitex WA.
7/ Double litelage et bardage Douglas vertical
8/ Plaques de BA13 sur une ossature métallique






Conseil de Monsieur J. : « L’ossature bois était préfabriquée par morceaux de 5m environ, le montage a été très rapide. Il est en revanche très important de fixer les lisses basses de manière précise, c’est-à-dire parfaitement horizontales. Dans les blogs, ceux qui ont négligé cet aspect disent l’avoir regretté ensuite, car l’ossature devient très difficile à caler. »





L’OSB devait ici assurer le contreventement et la fonction d’étanchéité à l’air, grâce au Scotch Tescon Vana (bleu, ci-contre) qui assure la liaison entre les plaques et entre plaques et menuiseries.
Cependant, il s’est avéré ne pas être suffisamment étanche à l’air pour du passif, le client a donc fini par mettre un frein vapeur Intello contre l’OSB (côté intérieur, sur les murs et le sol).


Le sol
Objet : Plancher bois isolé sur sous-sol
Difficulté : * * * *
Résultat : * * * * *
+ : bonne alternative à la dalle béton
- : complexe, nombreux matériaux mobilisés


1/ Mur et semelle de fondations en agglos et béton
2/ Poutres en I 320 mm membrure 60*39mm
3/ Plaques de médium 16mm
4/ Plaque d’OSB 18mm en bout de poutres
5/ Plaques d’OSB 22mm avec scotch Tescon Vana (prévu pour l’étanchéité à l’air mais pas assez étanche)
5b) Frein-vapeur Intello Proclima pour étanchéité à l’air
6/ Ouate de cellulose 300mm soufflée à la machine
7/ Fibre de bois phonique haute densité 20mm
8/ Solives 37*63mm sur film pare-pluie Solitex. Remplissage sable pour apporter de l’inertie.
9/ CTBH 22mm Marine
10/ Carrelage
11/ Mur extérieur (voir composition ci-dessus)

La toiture
Il s’agit d’une charpente fermette recouverte d’un film pare-pluie, de liteaux et de tuiles tout simplement.

Objet : Isolation de combles perdus en paille et ouate de cellulose
Difficulté : * * * *
Résultat : * * * * *
+ : paille matériau économique
- : nécessite d’utiliser deux matériaux isolants

1/ Montants et traverses des fermettes
2/ Plaques d’OSB 3 18mm
3/ Remplissage bottes de paille
4/ Frein-vapeur Proclima Intello
5/ Fourrures métalliques sur suspentes métallique et ossature bois secondaire
6/ Plaques de BA13
7/ Ouate de cellulose 150mm soufflée à la machine

Les cloisons





Objet : Réalisation de cloisons avec isolation phonique
Difficulté : * * * *
Résultat : * *
- : manque de masse-ressort-masse donc peu performant.

1/ Ossature bois
2/ Plaques de BA 13
3/ Bande résiliente acoustique
4/ Fibre de bois flexible 40mm 50kg/m3 On recouvre par la suite de plaques de BA13.

Le client est satisfait du résultat, mais la mise en œuvre de l’ossature bois pour les cloisons demande beaucoup de travail, de découpe d’isolant et pour les passages de gaines.
Vous pouvez aller voir ce projet, même composition avec plaques de Fermacell à la place du BA13, confort acoustique optimal !


Les équipements
Menuiseries : Fenêtres triple vitrage avec Ug=0.6 W/m².K et cadre étroit 86 mm avec Uf = 0.71 W/m².K qui permet une plus grande zone de pénétration du soleil. Protections solaires par des volets bois coulissants sur des rails métalliques.
Chauffage : Chauffe-eau solaire SSC de la marque ROTEX avec Sanicube de 500 Litres et 4 panneaux V26 2.5 m2.
Ventilation : VMC double flux Dantherm HCV5.
Gestion de l’eau : Cuve béton 10 m3 pour la récupération des eaux de pluie, utilisées pour le jardin et les WC.

La répartition des travaux

Ce qu’il a fait lui-même Ce qu’il a fait faire
Toute l’isolation Fondations
La pose des fenêtres et portes Montage de l’ossature bois
La toiture Charpente
Le second œuvre
La pose des équipements


Ses conseils pour les futurs auto-constructeurs :

Ses lectures et documentations :
« La conception bioclimatique » de Samuel Courgey et Jean-Pierre Oliva,
Le réseau Eco Bâtir,
Le concept Oikos pour les menuiseries,
Le réseau français de la construction en paille

Et si c’était à refaire ?
« Ce qu’on referait :
- Standardisation de toutes les vis en T 25. Un seul type d'embout, hyper résistant (on a encore les embouts d'origine)
- La compacité. Forme intérieure toute simple, un cube.

Listing des erreurs :
- La prochaine fois, je prendrai des moyens de manutentions. Par exemple, j’aurai aimé avoir plus d’échelles, de moyens de travail en hauteur. Certains auto-constructeurs achètent d’ailleurs des grues pour leur chantier.
- La prochaine fois, je commencerais la paille après avoir complètement terminé les tuiles.
- Les cloisons en bois, c'est assez galère et moins bon phoniquement.
- L’OSB qui devait assurer l'étanchéité à l'air en plus du contreventement et du frein vapeur s'est révélé ne pas être suffisamment étanche à l'air pour du passif. Il a fallu mettre un film frein vapeur, ce que je voulais éviter. Un OSB plus épais et qui n'aurait pas pris l'eau, aurait probablement convenu. »