Le sarking est une technique qui consiste à placer l’isolation par-dessus les chevrons plutôt qu’entre

Jusqu’à 30% des pertes de chauffage peuvent passer par la toiture. Avec cette technique, finis les ponts thermiques ! C’est pourquoi la technique du Sarking s’est d’abord développée dans les climats de montagne.

Pour commencer, qu’est-ce que le Sarking ?
C’est une technique qui consiste à placer l’isolation par-dessus les chevrons plutôt qu’entre.

Traditionnel (entre les chevrons)         Sarking (sur les chevrons)                    Mixte (entre et dessus)

On peut isoler sur toiture en neuf comme en rénovation, mais cela concerne les toitures traditionnelles sur chevrons. Voici 5 bonnes raisons d’utiliser cette technique :

1 – Laisser visible la charpente à l’intérieur.
Le sarking permet d’isoler la toiture tout en laissant visible la charpente existante à l’intérieur, c’est donc une solution idéale en rénovation de bâtiments anciens avec poutres apparentes.

2 – L’avantage thermique.
Puisque l’isolant passe par-dessus les chevrons, on assure une continuité de l’isolant en toiture. On peut même disposer l’isolant en couches croisées pour de meilleures performances. Ceux qui l’ont testé témoignent d’une baisse non négligeable des consommations de chauffage.
De plus, le Sarking protège la charpente des écarts de température.

3 - Préservation du volume habitable.
En rénovation ou création de pièces dans les combles, il est possible que la hauteur sous plafond existante ne soit pas très importante. Dans ce cas, l’isolation sur toiture représente un véritable enjeu puisque, l’isolant n’empiète pas du tout sur l’intérieur de l’habitation. On a préservation et optimisation du volume habitable.

4 – Utilisation des locaux pendant les travaux
Puisque tous les travaux se font par l’extérieur, il est possible d’habiter dans le logement pendant les travaux. Dans le cas d’une auto-construction, où les travaux peuvent prendre un certain temps, c’est un véritable plus !

5 – Un confort acoustique amélioré
L’isolation souple entre les liteaux et chevrons durs forment un système masse-ressort-masse qui peut améliorer les performances acoustiques de votre toiture.
(Voir notre article « Les bases de l’isolation phonique »)


Le Sarking est une technique conforme aux DTU.
Il n’est pas toujours facile de trouver une entreprise de couverture qui est experte dans la pratique de l’isolation sur toiture. C’est une technique qui se répand de plus en plus mais encore peu de professionnels la maîtrisent.
Mais vous pouvez le faire vous-même !

Nous vous proposons de poursuivre votre visite sur notre site en découvrant la toiture Sarking que ces deux auto-constructeurs de notre réseau ont réalisé eux-mêmes. Vous y trouverez également leurs ressentis et leurs conseils !
Brand - Possich


Le liège, un matériau étonnant

Petite histoire du liège

    Le liège, au départ, est un élément de l’écorce du « chêne-liège », arbre présent dans un climat méditerranéen : surtout en Espagne et au Portugal. S’il est très connu pour être le matériau des bouchons, il peut aussi servir d’isolant. Les Romains l’utilisaient déjà !
    Cet arbre vit entre 150 et 200 ans, et les récoltes de liège ont lieu tous les 10 ans environ. Le liège est donc une ressource renouvelable, mais lentement. Pour le liège expansé, noir, il suffit après la récolte de chauffer l’écorce. Le liège se dilate alors et la résine présente à l’intérieur va naturellement agglomérer l’ensemble. Il n’y a pas d’ajouts supplémentaires, ce qui en fait un matériau 100% naturel.

    Le liège est utilisé sous différentes formes : en panneaux pour l’isolation des murs, cloisons, toitures ; en rouleaux pour les sous-couches de plancher ; en granulés (vrac) pour une dalle béton légère.


Des propriétés étonnantes, un matériau unique

1/ Un bon isolant thermique
Le liège est composé d’une multitude de bulles d’air, on parle de près de 90% de gaz. Celui-ci lui confère donc une bonne capacité à isoler thermiquement.  Sa conductivité thermique λ=0,04 W/m.K. Il a aussi une bonne inertie qui permet un confort d’été optimum, avec un déphasage jusqu’à 12h.

2/ Un bon isolant phonique
Utilisés en sous-couche de sol, il absorbe considérablement les bruits d’impact (comme les pas, les chutes) ainsi que les vibrations du plancher. On dit qu’il est anti-vibratile.
Ensuite, selon les épaisseurs, il absorbe les fréquences aigües et médiums, comme celles de la voix. Un véritable atout dans un logement ou des bureaux.

3/ Des propriétés mécaniques
En raison de sa composition micro cellulaire, il est doté d’une « mémoire élastique ». Soumis à la compression, il retrouvera facilement sa forme d’origine. C’est aussi un matériau souple qui réagit très bien à la flexion.

4/ Idéal pour les pièces humides
Il peut s’utiliser en extérieur comme en intérieur, et est adapté aux pièces humides puisqu’il n’absorbe pas l’eau (il est hydrofuge) et est étanche. Il est aussi chimiquement imperturbable, à savoir que les solvants ne l’atteignent pas (on peut donc le nettoyer sans crainte).

5/ Un matériau durable
Il est ininflammable, il ne propage ni les flammes, ni des gaz toxiques.
Il est imputrescible, ce qui signifie qu’il ne pourrit pas. Il résiste en effet aux intempéries, au gel et aux UV ; il n’est pas attaqué par les rongeurs ou les insectes.
Il ne s’effrite pas ni ne se ternit. C’est un matériau à la durée de vie quasi illimitée.

6/ Une mise en œuvre facile
Les panneaux de liège sont légers, et s’installent facilement, notamment en isolation extérieure avec des vis spéciales qui le fixent la structure. Vous pouvez d’ailleurs aller consulter le témoignage de Monsieur B. qui a fait lui-même l’isolation extérieure en liège de sa maison.

7/ Un matériau confortable
C’est un matériau agréable au toucher ; dans le cas d’une utilisation en dalles de revêtement de sol, elles sont appréciées pour le confort de marche, même pieds nus. Il paraît même que le liège est bon pour les articulations, à la fois légèrement souple et suffisamment stable !
C’est également un isolant électrique, qui ne transmet pas l’électricité et n’accumule pas d’électricité statique.


Quelques bémols…
Bien sûr, il y en a ! L’énergie grise de ce produit (ou l’énergie liée à son extraction, sa transformation et son transport) est de 85 KWh/m3, ce qui est nettement supérieur à d’autres isolants naturels tels que la cellulose ou la fibre de bois, mais aussi nettement inférieur (près de 10 fois) à des isolants minéraux comme le polystyrène.
Il y a ensuite le prix. Pour une isolation extérieure, les blocs de liège sont, au m², presque 3 fois plus chers que des blocs de chanvre.

… mais un matériau de plus en plus populaire !
Malgré tout, l’utilisation du liège commence à se répandre dans la construction écologique, ou même simplement dans des projets de plus grande envergure. On peut citer ici le Pavillon du Portugal à l’Exposition Universelle de Shangaï en 2010 ou la rénovation du sol de la Sagrada Familia à Barcelone par l’architecte Jordi Bonet.
Les auto-constructeurs de notre réseau aussi sont séduits par ce matériau de qualité. Ici (lien vers projet Koniuszewski) un projet dans lequel le liège est utilisé (et approuvé !) comme revêtement de sol.